15000 litres d'eau pour produire 1kg de viande ? Mensonge, 200kg serait plus vrai. - 7 milliards d'esclaves et demain ? Vers un capitalisme de l'humain, livre d'Alain Tortosa

7 Milliards d'esclaves et demain ?
Aller au contenu
Société
Combien de litres d'eau pour 1kg de viande ? Mensonge et propagande...
Celles et ceux qui ont lu mon livre « 7 milliards d'esclaves et demain » n'ont pas manqué de lire mon chapitre comparant les surfaces cultivables pour produire des protéines végétales ou animales.
Le fait est que faire « pousser de la viande » bio est plus efficace à l'hectare que planter des lentilles bio fortes en protéines.
Tout simplement parce que la vache est un herbivore ruminant conçu pour convertir de l'herbe en énergie (et en muscles) alors que l'homme est un omnivore (carnivore) avec un très mauvais rendement lorsqu'il ingère des protéines végétales.
Mais ce n'est pas le sujet du jour...

Il y a peu, un ami m'indiqua que la production d'un kilogramme de viande nécessitait des quantités délirantes d'eau.
Pris au vif je me suis mis à étudier le sujet...
Peut-être que je n'avais pas tenu compte de ce détail qui remettait en question le caractère écologique de la production de viande ?

Mes premières recherches sur le Net furent édifiantes... 10 000, 13 000, … 15 000 litres !
Le nombre de sites et médias qui indiquent qu'il faut plus de 10 000 litres d'eau pour produire un kilogramme de viande est impressionnant.

Ce qui me connaissent n'ignorent pas mon esprit critique et ne s'étonneront pas que je me sois livré à mes propres calculs pour confirmer ou infirmer ces résultats.

Quelle quantité d'eau boit une vache ou un agneau ?

Je me suis fié à un site du gouvernement canadien1 (et non au magazine « voici ») tout en me disant que les vaches européennes devaient avoir à peu près les mêmes besoins.

Selon ce site un bovin de boucherie consommerait entre 25 et 50 litres d'eau par jour selon son age.
J'ai donc retenu le chiffre de 50 litres pour limiter les critiques.

Pour la quantité de viande, j'ai repris les chiffres de mon livre soit 270 kg de viande « utile » en 3 ans pour un bœuf de 875 kg.

50 litres d'eau par jour sur 3 ans nous donne 50 x 3 x 365 soit 54750 litres d'eau sur une vie.  
Ouah, c'est beaucoup me suis-je dit !

Mais si vous divisez cette quantité d'eau par 270 kg de viande vous obtenez la quantité d'eau nécessaire par kilogramme de viande soit 202 litres d'eau au kg.

Nous sommes très loin des 15 000 litres d'eau !

J'ai repris les mêmes calculs pour de la viande d'agneau.
6 mois de vie, carcasse de 20kg, 68% de viande soit 13,6 kg. Consommation d'eau de 5 à 10 litres par jour. J'ai retenu le chiffre de 10 litres par jour pendant 6 mois soit 1825 litres sur une vie entière. Cela nous donne 134 litres d'eau par kg de viande.

Devant l'ampleur du différentiel, je suis quand même reparti à la pèche aux informations, serais-je si mauvais en calcul ?

J'ai trouvé sur le site de l'INRA2 l'information suivante écrite par Pascale Mollier :
« On trouve très fréquemment le chiffre de 15 000 litres d’eau consommée pour produire un kg de viande. Mais ce chiffre, obtenu par la méthode de « water footprint » (empreinte eau) englobe l’eau bleue (eau réellement consommée par les animaux et l’irrigation des cultures), l’eau grise (eau utilisée pour dépolluer les effluents et les recycler) et l’eau verte (eau de pluie). Or cette méthode a été conçue pour des sites industriels et ne tient pas compte des cycles biologiques. En réalité 95% de cette empreinte eau correspond à l’eau de pluie, captée dans les sols et évapotranspirée par les plantes, et qui retourne de fait dans le cycle de l’eau. Ce cycle continuera même s’il n’y a plus d’animaux. La communauté scientifique considère qu’il faut entre 550 à 700 litres d’eau pour produire 1kg de viande de bœuf. »

Il faut voir que la majorité de l'eau consommée par une vache a servi à faire pousser l'herbe. Qu'une grande partie va s'évaporer et qu'une grande partie de l'eau de son urine ou de ses bouses (bouses qui par ailleurs vont fertiliser le champs) va repartir en évaporation ou arroser l'herbe.  
Quant à l'eau qu'elle va boire, celle-ci sera issue de la récupération d'eau de pluie ou de nappes phréatiques elles-mêmes issues de l'eau de pluie.  

La conclusion de cette chercheuse semble ainsi cohérente en affirmant que :
« En eau utile (1), il faut 50 litres. »

Donc seuls, 50 litres d'eau et par kg seraient « perdus » pour produire 1 kg de viande.
Ceci ne fait que conforter mes calculs.

Il est tout aussi intéressant de comparer mes 200 litres d'eau par kg de viande bovine aux 1000 litres nécessaires pour 1 kg de blé3.
 
Reprenons l'exemple repris pour la ferme de Grignon dans les Yvelines sur le site Cereopa.  
Il pleut environ 650 mm d'eau par an au m2 dans la région soit 650 litres d'eau au m2 et donc 6 500 000 litres d'eau par hectare (10 000 m2).  
Le rendement en blé étant de 6 500 kg à l'hectare, nous sommes bien à 1000 litres d'eau par kg.
Mais ce chiffre avancé par les médias est aussi stupide que les 15000 litres d'eau par kg de viande.

Comme pour la vache, une partie de l'eau s'évapore et re-rentre donc dans le cycle de la pluie. Une partie part dans les nappes phréatiques et elle n'est donc pas « perdue ».  
Quant à l'eau qui demeure dans le blé lui-même, elle va soit s'évaporer durant la cuisson pour faire des nuages, soit permettre à l'humain qui le mange de s'abreuver avec l'eau contenue dans le blé.
Je serais bien incapable de vous chiffrer le bilan global pour vous indiquer la quantité d'eau « perdue » au kilogramme de blé.
  
Et si je me mettais à planter des vaches dans les Yvelines ?
Une vache bio a besoin de 2 500 m2 de prairie4.  
Cette surface va recevoir annuellement 650 litres x 2 500 m2 = 1 625 000 litres. Soit sur 3 ans 4 875 000 litres. Ramené au kilogramme de viande cela donne 4 875 000 / 270 kg = 18 055 litres.  
18000 litres au kg ! Aurais-je trouvé le fameux chiffre des journalistes ???

Selon moi une vache dans les Yvelines aurait donc besoin d'une surface de prairie qui recevra 18 000 litres d'eau par kg de viande sur la totalité des 3 ans.
Si je retiens le chiffre haut de la communauté scientifique de 700 litres d'eau par kg de viande. Ma vache aura utilisé 700 litres x 270 kg = 189 000 litres sur 3 ans sur une surface qui reçoit 4 875 000 litres. Soit 3,88% de la ressource en eau disponible.

Je reviens maintenant sur ma lentille bio en prenant les lentilles du Puy en Velay. Le cahier des charges indique que l'irrigation est interdite et donc la lentille doit se contenter des précipitations.
La moyenne annuelle au Puy semble être de 650 mm de pluie5. Les chiffres sont donc les mêmes qu'en Yvelines et de confirmer que la consommation d'eau pour une vache sera aussi de 3,88% de la ressource disponible.

La pluviométrie la plus faible de France étant autour de 500 mm, il semblerait donc possible d'élever des bovins dans tout le territoire sans avoir à prélever la moindre ressource en eau (dans l'hypothèse de bassins de rétention suffisants pour donner à boire et éventuellement irriguer la prairie).
Bref la conclusion semble la même aussi bien pour une vache que pour du blé. Il est tout aussi stupide de faire « pousser une vache » ou faire pousser du blé dans une région désertique.

En revanche il me semble intéressant, aussi bien pour la vache que pour le blé, de permettre aux agriculteurs et aux éleveurs de fonctionner en auto-consommation.
Il faudrait donc promouvoir des retenues d'eau qui permettent de donner à boire ou d'irriguer durant les saisons sèches, au grand dam de pseudo-écologistes qui crient au scandale à la moindre hypothèse de micro-barrages.

J'ajouterais que l'impact écologique des prairies est important en terme de capture de gaz à effet de serre, de dépollution du sol et de biodiversité pour le plus grand plaisir des abeilles.  
De plus les éleveurs n'ont pas besoin de fertiliser la prairie à coups d'engrais 100% chimiques ou d'engrais chimiques d'origine naturel (bio) pour faire pousser de l'herbe.
Ceci sans parler des zones pseudo-arides ou montagneuses où il est très facile de faire « pousser du mouton » et qui ne peuvent pas servir pour l'agriculture du fait de la pauvreté du sol.  

Bref, supprimer des prairies à vache pour les transformer en prairie à blé ou à lentilles serait certainement une aberration sur un plan écologique.  

En conclusion et comme d'habitude, il est dramatique de voir que l'on peut faire dire n'importe quoi à n'importe quel chiffre.  
Il est lamentable de voir les médias les répéter sans la moindre vérification.  
Il suffit qu'une autorité ou pseudo-autorité sorte un chiffre, en l’occurrence 15000 litres pour que cela devienne une « vérité » qui n'a aucun sens.  

Nous ne perdons pas 15 000 litres d'eau par kg de viande et vous pouvez donc continuer à en consommer sans craindre de détruire la planète !

PS A noter qu'un bovin ne produit pas que de la viande (6). Plus de 90% de l'animal est valorisé... Les sous-produits servent pour faire de la Gélatine, du Cuir, de la Nourriture pour les animaux, du Savon, des Engrais, du Compostage,... ce qui de fait augmente largement le rendement écologique de la production bovine.
Par exemple le cuir et la peau représentent environ 6% du poids soit plus de 50 kg pour un boeuf de 875kg. Personnellement, à la différence de certains végans, je préfère porter des chaussures en cuir que des chaussures en pétrole quand bien même c'est un produit naturel issu de la décomposition d'animaux.

Sources  :
1 http://www.omafra.gov.on.ca/french/engineer/facts/07-024.htm#5
2 http://www.inra.fr/Chercheurs-etudiants/Systemes-agricoles/Tous-les-dossiers/Fausse-viande-ou-vrai-elevage/Quelques-idees-fausses-sur-la-viande-et-l-elevage/(key)/0

3 http://www.cereopa.fr/2014/09/1-tonne-deau-kilo-de-ble/
4 Voir chapitre sur la viande dans 7milliards d'esclaves
5 https://fr.climate-data.org/europe/france/auvergne/le-puy-en-velay-7914/
6 https://www.la-viande.fr/sites/default/files/images/environnement-ethique/atlas/chapitres/filieres-sources-economie-emploi/atlas-c03-p10-diversite-valorisation-co-produits-animaux.jpg

Merci
Alain Tortosa
@7milliardsesclaves
Septembre 2019
Auteur de « 7 milliards d'esclaves et demain ? ».

Retour page d'accueil


Copyright Alain Tortosa Editions Archilogue, tous droits réservés.
Reproduction interdite sans autorisation.

L’article L122-5 du code de la propriété intellectuelle n’autorise que les « Les copies ou reproductions strictement réservées à l'usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective » et les « Les analyses et courtes citations » sous réserve que « soient indiqués clairement le nom de l'auteur et la source »
L’article L.122-4 précise que « Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite. Il en est de même pour la traduction, l'adaptation ou la transformation, l'arrangement ou la reproduction par un art ou un procédé quelconque »
Toute contrefaçon est sanctionnée par les articles L.335-2 du code de la propriété intellectuelle.

Retourner au contenu