6ème république et Référendum d'Initiative Citoyenne. - 7 milliards d'esclaves et demain ? Vers un capitalisme de l'humain, livre d'Alain Tortosa

7 Milliards d'esclaves et demain ?
Aller au contenu
Société

« Réunion de crise des maîtres du monde face à la menace de 6ème république et de Référendum d'Initiative Citoyenne » (fiction).

« Mes frères, nous devons contrer les velléités de 6ème république et de citoyenneté participative des gueux ! Militons pour un 3ème tour aux élections présidentielles...  »

Tels furent les premiers mots de l'orateur qui, quelques jours plus tôt, ricanait en voyant les gilets jaunes dans la rue...

Et de poursuivre...

« Nos illustres ancêtres n'ont pas accompli leur œuvre depuis des siècles pour que nous perdions notre pouvoir absolu ! »

Bref rappel historique : Du Roi à la République.

« Avant la Révolution française, le pouvoir absolu était dans les mains d'un seul homme, le Roi.
La corruption était présente et le peuple pouvait, à juste titre, se plaindre de l'arbitraire et réclamer la démocratie.
Et nous lui avons donné ! »

(rire gras dans la salle).

« Il y a eu bien sûr quelques ratés mais nous avons doté la France de la démocratie mais aussi de la meilleure Constitution qu'il soit avec notre 5ème république.
Imaginez un système dans lequel le président « élu démocratiquement » détient tous les pouvoirs pendant 5 ans avec un Premier ministre fantoche nommé par celui-ci.

Et grâce à la 3ème et la 4ème république nous avons pu réussir à paralyser la chambre des députés.
C'était sans doute l'une de nos meilleures idées : se servir de « la chienlit » pour rétablir l'ordre.
Avant la 5ème, la chambre des députés avait un véritable pouvoir sur le gouvernement.
Rappelez-vous entre 1871 et 1958 il n'y a eu pas moins de 128 gouvernements !

C'est grâce à cette période que le peuple est devenu « raisonnable » et a accepté la Constitution de la 5ème république qui était une synthèse parfaite.

Élection présidentielle et des députés à 2 tours avec le parti majoritaire qui rafle la mise.
Et désormais l’élection présidentielle et des députés coïncide afin que le risque de cohabitation (chambre majoritairement dans l'opposition) soit quasi nul. La chambre des députés n'a plus aucun contre-pouvoir. »

La couleur et le goût de la démocratie.

« Le président élu a désormais les pleins pouvoirs pendant 5 ans avec une opposition parlysée.
Mais c'est une « démocratie ». Tous les 5 ans le peuple a le droit de choisir parmi ceux que nous avons décidé.
Vous savez bien qu'un homme du peuple ne pourrait jamais se faire élire sans l'argent, le soutien des lobbies, des banques ou des partis majoritaires...

Depuis les débuts de la 5eme république, nous avons mis en place des présidents de plus en plus libéraux avec comme apothéose notre éminent collègue associé à la banque Rothschild qui a réussi à faire croire qu'il était le candidat « anti-système ». Champagne et petits fours... »

Un des participants trouva que la présentation, bien que cocasse et jouissive, était bien optimiste.

« … Et François tu en fais quoi ? Je ne suis pas certain que nous soyons si invincibles. »

L'orateur repris la parole :

« Tu plaisantes ? notre ami François (Mitterrand) a été l'un de nos plus beaux coups. Quelques mois de dérives budgétaires et un tour de vis que les français n'auraient jamais accepté d'un président de droite !

Avec les dernières élections nous étions sur le point d'introduire une « démocratie  » à l'américaine.

D'un coté le « parti démocrate libéral dit de gauche » (incarné par La REM ) et de l'autre le parti républicain de « droite » (incarné par le Rassemblement National et les débris de la droite classique).
Tout ceci aurait pu être merveilleux sans les erreurs de débutant d'Emmanuel et ses petites phrases qui risquent de tout foutre en l'air et sur lesquelles nous reviendrons lors de nos prochaines assemblées... »

Un peu d’histoire, l'impasse des élections à un tour :

« Revenons un peu en arrière pour analyse, je vous livre quelques résultats officiels d'élections précédentes pour comprendre notre stratégie :

Chirac 2002 :    19,88% des voix au premier tour.
Sarkozy 2007 :   31,18% des voix au premier tour.
Hollande 2012 :   28,63% des voix au premier tour.
Macron 2017 :   24,00% des voix au premier tour.

Vous comprenez bien ici l'importance d'un deuxième tour dans un système majoritaire !
Comment faire gober au « peuple souverain » (rires) que le président élu est le président de « tous les français » alors même que dans les 4 élections citées le candidat en tête a eu moins d'un tiers des voix (avec le calcul officiel) ? »

Truquer au maximum et légalement le résultat des élections pour accroître les pourcentages.

« Nous voulions un système plus sécurisé dans lequel un président de la République peut dire « j'ai été élu avec la majorité des voix » ou « les français m'ont majoritairement choisi ».

Regardons le premier tour des dernières élections présidentielles, vous allez vous réjouir de nos capacités manipulatrices.

Officiellement le vainqueur a récolté au premier tour 24% des voix exprimées.
Si l'on tient compte des personnes qui ont voté blanc ou nul on tombe alors à 23,40%.

Si l'on tient compte de l'abstention, ce n'est plus que 18,19% des inscrits qui ont voté pour lui.

Mais environ 10% d'électeurs en âge de voter ne sont pas inscrits.
Nous pourrions aussi y voir une démarche politique, de fait si nous en tenions compte, son score au premier tour serait tombé à 16,38% des électeurs. »

Un « … Et si on regardait par rapport au nombre de français ? » vint de la salle...

Et de poursuivre :

« … Cela n'a peut-être pas de sens d'inclure les enfants ou les grabataires... mais il faut penser que lors de leurs communications les présidents ne précisent pas qu'ils ont obtenu « la majorité des français inscrits qui ont le droit de vote, qui sont allés voter sans mettre un bulletin blanc » ! Non,le discours est « la majorité des français … »
Alors si des présidents, ministres, députés et autres journalistes se permettent de parler de la majorité des français lors de l'élection alors moi aussi. »

L'orateur acquiesça :

« En fait il a obtenu environ 12,93% des voix des français au premier tour des élections présidentielles... »
  
De l'obligation d'un second tour :

« Votre remarque ne peut que légitimer l'obligation d'un 2eme tour qui est un tour de passe-passe génial de notre « démocratie ».
Truquer au maximum le système pour faire croire que les élections à deux tours sont légitimes.
Les journalistes aiment bien dire « le premier tour on vote selon ses convictions et au deuxième tour on élimine ».
C'est totalement stupide et délirant mais ils gobent.

Nous avons inventé ce 2ème tour uniquement pour sortir une majorité d'un chapeau de magicien ! »

(applaudissements)

« Regardons cette fois ci le 2ème tour des élections de 2017 sous l'angle des participants mais aussi sous l'angle de Marine Le Pen. »

Marine Le Pen :

« Je ne m'étalerai pas outre mesure sur le fait que Marine Le Pen est à la tête d'un parti à la fois « autorisé » mais « interdit ».
Il vous faudrait habiter dans une grotte pour ignorer la publicité (légitime?) qui est faite autour de son parti et de sa personne. Notamment par les célébrités, les intellectuels et les journalistes pour souligner l'horreur d'une hypothèse de sa victoire.
C'est une des raisons pour lesquelles tout candidat vainqueur du premier tour rêve d'avoir Marine Le Pen comme adversaire au 2ème tour et j'avoue que nous nous en sommes déjà servi » indiqua l'orateur.
 
Petite parenthèse :
Le monde étant ce qu'il est et bien que les propos des maîtres du monde ne reflètent pas ma pensée, je suis obligé de préciser que je ne suis ni un sympathisant, ni un électeur de son parti mais un citoyen qui s’étonne de ce statut « spécial ».
Bêtement je pense qu'il faudrait soit interdire son parti s'il est dangereux pour la démocratie soit si on l’autorise, on l'autorise aussi à gagner des élections présidentielles ce qui est le b-a-ba de la démocratie.
Force est de constater qu'en France, la démocratie est de plus en plus encadrée.
Redonnons la parole à l'orateur et retour aux chiffres...

« 20 743 128 personnes ont voté pour Emmanuel Macron au deuxième tour des élections.
J'en profite pour remercier les patrons, les banques d'affaire françaises et étrangères et tous les libéraux qui ont massivement financé sa campagne...
...Grâce à notre système de calcul biaisé, cela fait 66,10% des personnes exprimées.

Un sondage précise que 43% des voix obtenues par E. Macron avaient pour objet de faire barrage à Marine Le Pen, bref le contraire d'un vote d’adhésion.
Si l'on intègre ces chiffres on tombe à 37,68% de votes d’adhésion au 2ème tour...  ce qui heureusement ne nous empêche pas de déclarer que la majorité des français a voté pour son programme économique ultra-libéral inspiré par Goldman Sachs and Co. »

Analyse du 2ème tour sans tenir compte de Marine Le Pen.

« Résultats officiels de 66,10% des exprimés au 2ème tour mais seulement 43,66% des inscrits sur les listes électorales. Vous constatez à quel point notre méthode de calcul est efficace. »

(Nouveaux applaudissements)

« Si nous analysions les chiffres sans tricher alors le deuxième tour ne permettrait même pas de dégager une majorité.

Le chiffre est bien sur encore plus catastrophique si nous prenions les électeurs potentiels français, soit 39,24%.
Quant à l'ensemble des français, nous tomberions à 30,98% soit moins d'un tiers de tous les français qui ont voté pour lui au deuxième tour.
On voit bien que l'arnaque du 2eme tour ne permet même pas d'obtenir une majorité sans tricher constitutionnellement. »

Le chiffre le plus honnête et représentatif serait « Élu avec 39,24% des électeurs potentiels», nous sommes très loin des 66% officiels. »

L'orateur reprend  :

« Comme les français ont été assez naïfs pour accepter les élections à 2 tours, nous allons modifier la constitution pour imposer les élections à 3 tours et éviter l'horreur de la 6ème république participative. »

… Silence, stupeur, incrédulité et incompréhension des participants.

« Oui mes frères, nous allons introduire un 3ème tour avec uniquement le vainqueur du 2eme tour

Avouez que ce n'est pas plus stupide que le 2ème tour.
Au 3ème tour se présentera le vainqueur du 2ème tout qui désire être le « président de tous les français au delà des querelles politiques ».
Afin de faire gober que ce ne sera pas un vote de république bananière, nous pourrions dire que les élections seraient annulées s'il avait moins de 40% des suffrages... »

« Je vous présente donc, roulements de tambours..., le nouveau candidat au 3ème tour des élections présidentielles.
Notez que nous allons rendre le vote obligatoire pour lutter contre l'abstention et « sauver la démocratie » (ne riez pas, la démocratie doit s'imposer par la force vous savez bien... sourire).

Comme  nous sommes en France, j'imagine que même obligés, 25% des électeurs n'iront pas voter à cause de la grippe ou voteront blanc.
Nous ne sommes pas des sauvages quand même, ils auront le droit de voter blanc (sourire).

Comme seuls les suffrages exprimés sont pris en compte dans notre merveilleuse démocratie, le président obtiendrait 100% des suffrages exprimés. »

La salle ne put contenir ses doutes et sa désapprobation :

« ...Vous croyez pas que ça risque de se voir ? 100% ça fait beaucoup république bananière... »

L'orateur repris :

« Vous avez raison, avec l'introduction du 3ème tour, nous pourrions nous permettre de donner le résultat en fonction de l'ensemble des électeurs potentiels.
Dans cette hypothèse le président obtiendrait ainsi 67,51% des voix des électeurs potentiels au 3ème tour des élections présidentielles, soit la majorité des français qui auraient voté pour lui.

Le président élu aurait alors toute légitimité pour dire : « J'ai la majorité, je fais ce que je veux, j'ai la légitimité, et je vous emm...». C'est effectivement ce qu'il fait aujourd'hui mais cela passe moins bien dans l'opinion du fait que ce n'est pas vrai (il n'a pas la majorité).

Couper l'herbe sous le pied des demandeurs de démocratie participative.

« Nous ne présenterions pas ce plébiscite comme un troisième tour des élections présidentielles mais comme un « référendum populaire ».
Ce référendum demanderait à tous les électeurs « Voulez-vous être gouvernés par ce président pendant les 5 prochaines années ? »

Et là, ça passera comme une lettre à la poste... Ce 3ème tour serait présenté comme l'acte le plus démocratique qui puisse exister.
Comment pourraient-ils refuser ce qu'ils demandent depuis des années ?! »

Un intervenant repris la parole avec deux questions :
« ...N'est-ce pas risqué et on y gagne quoi ? »

Voici quelles furent les réponses de l'orateur :

« Nous savons bien qu'après 6 mois ou 1 an de présidence, un référendum équivaut à un suicide politique. Les français ne rateraient pas le président. En revanche, 2 semaines après le 2ème tour et une campagne du président fraîchement désigné prouvant par des mots qu'il sera le président de tous les français passera bien.
Le tout saupoudré de « ceux qui voteraient contre seraient les ennemis de la démocratie» et le président obtiendra ainsi sa majorité absolue. Les français n'aiment pas se contredire 15 jours après. »

« A la question qu'est-ce qu'on y gagne, la réponse est bien sur la légitimité incontestable.
Tous les opposants ou futurs gilets jaunes ne pourraient plus mettre en cause la légitimité du président de tous les français sans passer pour des anti-démocrates. Ils perdraient ainsi toute légitimité à dire qu'ils parlent au nom du peuple. »

C'est ainsi que la réunion pris fin sous un tonnerre d'applaudissements et rendez-vous fut pris pour réfléchir au meilleur moyen de tromper les gilets jaunes pour les faire rentrer chez eux...

Heureusement, tout ceci n'est que fiction...

Merci
Alain Tortosa
Décembre 2018.
Auteur de "7 milliards d'esclaves et demain ?"
@7milliardsesclaves

https://7milliards.fr/ric

Sources  :

http://www.vie-publique.fr/decouverte-institutions/institutions/veme-republique/1958/quels-etaient-problemes-fonctionnement-institutions-avant-1958.html
https://www.francetvinfo.fr/elections/presidentielle/quatre-chiffres-qui-montrent-que-l-election-d-emmanuel-macron-n-est-pas-si-ecrasante_2180067.html
https://www.interieur.gouv.fr/Archives/Archives-elections/Election-presidentielle-2017/Election-presidentielle-2017-resultats-globaux-du-premier-tour
...


...



Retour page d'accueil


Copyright Alain Tortosa Editions Archilogue, tous droits réservés.
Reproduction interdite sans autorisation.

L’article L122-5 du code de la propriété intellectuelle n’autorise que les « Les copies ou reproductions strictement réservées à l'usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective » et les « Les analyses et courtes citations » sous réserve que « soient indiqués clairement le nom de l'auteur et la source »
L’article L.122-4 précise que « Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite. Il en est de même pour la traduction, l'adaptation ou la transformation, l'arrangement ou la reproduction par un art ou un procédé quelconque »
Toute contrefaçon est sanctionnée par les articles L.335-2 du code de la propriété intellectuelle.

Retourner au contenu